• Avant - Après


        Nonnonnonnonnon, ne vous inquiétez pas !!!

        Je ne vais pas vous parler de chirurgie esthétique...

        Mais de transformation... oui

     

     

    Transformation n'est peut être pas le terme idéal mais Doudou me pardonnera... (je l'espère )

    J'avais écrit, il y a quelques temps, un petit texte sans prétention que j'ai voulu soumettre à l'avis de deux amis profs de français... oui j'ai osé !!!

    Avis positifs à première vue mais texte perfectible évidemment...

    Perfectible... que dis-je ?

    Mon cher Doudou m'a proposé d'en faire un poème, il m'a donné quelques pistes, conseils, avis... j'ai donc travaillé, retravaillé et rerererereretravaillé mon ouvrage... 



    Je vais donc vous présenter mon avant-après d'écriture.

    1e jet...

    Perdu

     

    J’ai perdu tes yeux et ton regard langoureux
    J’ai perdu ton sourire et tes éclats de rire
    J’ai perdu ta voix et ses murmures dans l’émoi

    J’ai perdu tes mains dont tu jouais si bien
    J’ai perdu ton parfum que tu voulais jasmin
    J’ai perdu tes mots résonnants en écho

    J’ai perdu tes bras qui protégeaient mes choix
    J’ai perdu ta peau qui guérissait mes maux
    J’ai perdu tes pas qui me montraient la voie

    J’ai perdu le goût de toi
    Je t’ai perdu au fond de moi

    Mais ce n’était qu’un rêve las
    On ne peut perdre ce que l’on n’a…

     

    Après transformation

    Mirage

    J’ai perdu ton regard aux langueurs amoureuses

    Eclipsé ton sourire aux reflets plein d’émoi

    Eteinte ta voix à l’intonation ardente

    J’ai perdu tes mains aux lignes harmonieuses

    Evaporé ton parfum fleurant le sous-bois

    Envolés tes mots doux à l’expression galante
     

    J’ai perdu ta force à la douceur enjôleuse

    Evanouis tes pas qui me montraient la voie

    Eloignée ta flamme qui me rendait brûlante
     

    J’ai perdu le goût de toi

    Je t’ai perdu au fond de moi


    Mais ce n’était qu’un rêve las

    On ne peut perdre ce que l’on n’a…

     

    Alors, qu'en pensez-vous ???

    Bye


    29 commentaires
  •  

    Evidemment, vous connaissant comme je vous connais, vous allez me dire OUI !!!  

    Il y a si longtemps que je ne suis plus passée par ici que la nostalgie me gagne...

    D'un autre côté, quel meilleur endroit qu'un petit blog discret pour y faire ce que je veux ?

    C'est vrai, vous avez raison, qui ne tente rien... mais je ne veux rien ! 


    Je rêvais d'apprendre le piano, le dessin, la photo. Toutes ces choses que l'on a le droit de faire lorsqu'on a des parents modernes...

    Les miens ne l'étaient pas. "Fais d'abord tes études, tu verras après..."

    Comme ils se trompaient !!!

    Je ne leur en tiens pas rigueur car je peux encore réaliser certains de mes rêves.


    Pourtant, je ne veux rien... Rien sinon, épancher ici les phrases qui me trottent dans la tête, que je couche sur papier pour ne pas les oublier ou pour en évacuer la charge émotionnelle...


    Houlaaaaaaaaaaaaaa, non non, je ne m'y crois pas !!!


    Je n'ai rien d'une littéraire, je suis plutôt une scientifique obligée qui a mal tourné faute de réaliser ses envies...

    Mes idées d'écritures sont tout ce qu'il y a de plus saugrenues, elles me viennent juste avant le sommeil, au réveil lorsque je "cocoone" ou encore sous ma douche (si si, quand je vous disais saugrenues...)

    Elles sont floues, mal cadrées, trop "dilettantes" et pourtant j'ai envie de les partager...

    Qui sait, peut être pourrais-je m'améliorer à votre lecture, je sais que Douscratch par exemple ne me passera rien !

     Il m'a pourtant conseillé de continuer à écrire les phrases et les impressions qui me viennent, cela étant selon lui un bon exercice.

    Voici par exemple, une petite bafouille que j'avais écrite pour l'anniversaire de Papyàmoi...
    Il m'a fallu plusieurs mois pour arriver à la lui lire 

     

    Contre vents et marées, tu navigues sur les océans de la vie depuis si longtemps…

    Tu en as connu des déferlantes et des écueils.

    Tant de fois, tu as failli chavirer, mais tu t’es remis à flots avec la volonté de ne jamais disparaître corps et biens…

    Même lorsque la goélette qui t’accompagnait a été emportée par un raz de marée tragique, même quand les membres de ta flottille se sont échoués les uns après les autres, tu t’es accroché ferme au gouvernail et tu as réussi à reprendre le cap.

    Maintenant que de graves avaries t’on conduit jusqu’à une petite crique tranquille à l’abri du vent, tu gardes pavillon haut dans le mesure de tes possibilités.

    Une lame de fond guète mais ne vient pas.

    Les sables du paradis peuvent bien attendre…

    Le nœud d’amarrage qui nous unir ne se déliera jamais.

     

    Je t’aime Papa  

     

    Voili, voilou, un chtit exemple... 

    Alors, ça vous dit de me lire ???
     

    Bye

     

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique